En savoir plus

En savoir plus

Cigarette électronique:

La cigarette électronique ou e-cigarette est un dispositif électromécanique ou électronique générant unaérosol destiné à être inhalé. Elle produit une « vapeur » ou « fumée artificielle » ressemblant visuellement à la fumée produite par la combustion du tabac. Cette vapeur peut être aromatisée — arôme de tabac blond, brun, de fruits, etc. — et contenir ou non de la nicotine. À la différence de la fumée produite par une cigarette traditionnelle, cette vapeur n'a pas l'odeur du tabac et, selon les premières études scientifiques, contient des quantités de particules et substances cancérigènes ou toxiques énorméments plus faibles que cette dernière. Elle est parfois présentée comme une alternative moins nocive au tabac ou comme un substitut pour l'arrêt du tabagisme.

Quels sont les avantages de la cigarette électronique ?

La e-cigarette est un inhalateur électronique contenant de la nicotine liquide plus ou moins forte ou un arôme artificiel sans nicotine. Contrairement au tabac pour cigarette composé d’au moins 4000 substances toxiques : Goudron, arsenic, mercure, plomb, etc, absorbées en plus de C02 émanant de la combustion de la cigarette conventionnelle. La fumée de la cigarette électronique est composée uniquement de vapeur d’eau aromatisée. Elle n’irrite donc pas les yeux, ne dégage pas d’odeur et ne jaunit pas les dents.

Les spécialistes s’accordent à affirmer que la cigarette électronique est un substitut beaucoup moins néfaste que la cigarette conventionnelle. L’absence de goudron et de monoxyde de carbone, principales causes du cancer, permet aux fumeurs de profiter de la nicotine avec moins de risques.

Des études ont été effectuées par des cardiologues pour déceler les bienfaits et les inconvénients d’une cigarette électronique. Pour certains qui ont consacré des études complètes dans ce domaine, l’e-cigarette est une révolution en terme de réduction de maladies cardiaques liées au tabac. En ce qui concerne les personnes qui se trouvent aux alentours d’une personne fumant une e-cigarette, ces dernières ne sentent aucune sensation de gêne étant donné que cette vapeur n’a pas l’odeur du tabac et la substance est sensé contenir moins de substances cancérigènes.

Terminologie

Le dispositif est communément désigné par « cigarette électronique » ou « e-cigarette » ou « e-cig », car il rappelle la forme et l'usage de la véritable cigarette et sa fumée. Le terme « électronique » ou « e-» est un élément de marketing inventé en 2005, pour des dispositifs qui ne comportaient à l'époque pas d'élément sélectroniques, ni microprocesseur. Fin 2013, la plupart des dispositifs sont électroniques, d'une complexité allant de simples mécanismes de protection à des modèles sophistiqués, avec variateur de tension ou de puissance, décompte des bouffées, écran, communication avec ordinateur, etc.

Quand elles ont la forme d'un cigare ou d'une pipe, elles peuvent alors aussi être nommées « cigare électronique » ou « pipe électronique », également appelée e-pipe ou epipe. Toutefois elles peuvent prendre des formes plus originales.Les utilisateurs de cigarettes électroniques préfèrent souvent le terme « vapoter » ou « vaper » (dérivé du mot « vapeur ») au lieu de « fumer » et se désignent non plus comme des fumeurs, mais comme des « vapoteurs ».

Historique

Le concept d'une cigarette électronique est élaboré par Herbert A. Gilbert en 1963, avec un brevet déposé en 1965 présentant le schéma d'une cigarette électronique « remplaçant le tabac et le papier par de l’air chauffé et aromatisé ». Gilbert fut approché par des sociétés souhaitant fabriquer cette cigarette, mais son invention ne fut jamais commercialisée.Le premier dispositif rendu public, destiné à simuler l'utilisation d'une vraie cigarette a été réalisé en 2003 par Hon Lik, un ancien pharmacien et ingénieur chinois qui a déposé en 2005 un brevet pour une « cigarette sans fumée à pulvérisation électronique ». Toutefois, ce premier dispositif exploite alors la technologie de nébulisation par ultrason. Hon Lik s'est ensuite associé à la société Golden Dragon Holdings pour commercialiser sa cigarette électronique en Chine en 2004. Dans un second temps, la Golden Dragon Holdings a changé le nom de l'entreprise en Ruyan (如烟), qui signifie « comme de la fumée » en chinois.La technologie de vaporisation par résistance chauffante, la plus répandue pour les cigarettes électroniques en 2013, a été inventée et brevetée vers 2009 par le chinois David Yunqiang Xiu (修运强) avec son « Electronic Nicotine Delivery System (ENDS) ».Les cigarettes électroniques sont pour la plupart fabriquées en Chine, dans diverses usines des villes de Shenzhen et Hong Kong. Les revendeurs du monde entier sélectionnent leurs produits via des intermédiaires sur place et se font livrer les kits tout prêts, ou achètent les divers éléments et font eux-mêmes le conditionnement des kits. Certains gros revendeurs louent des ateliers au sein des usines de production ou possèdent des ateliers de montage sur place. Il existe également des modèles développés et fabriqués en petites séries en Europe et en Amérique.

 

Principes généraux

Le principe d'une cigarette électronique consiste à produire un aérosol imitant la fumée de tabac. Deux techniques sont possibles : soit par utilisation d'ultra-sons (complexe à industrialiser et coûteuse), soit par une résistance chauffante, technique la plus couramment utilisée. La résistance appelée « atomiseur » chauffe un liquide (dit « e-liquide »), qui a la propriété de s'évaporer à une température proche de 50 °C.L'utilisateur doit enclencher le chauffage de la résistance, le e-liquide chauffe, se vaporise et produit un aérosol que l'utilisateur peut alors inhaler.Le déclenchement du chauffage de la résistance peut être soit manuel (l'utilisateur appuie sur un interrupteur), soit automatique (un dispositif électromécanique placé sur la cigarette électronique détecte l'aspiration de l'utilisateur et active aussitôt la résistance).L'aérosol (brouillard de micro-gouttelettes) constitue un nuage blanc rappelant la fumée des véritables cigarettes, peu odorant. Cette « vapeur » visible disparait rapidement (demi-vie dans l'atmosphère d'environ onze secondes avec du liquide au propylene glycol), principalement par évaporation.

Éléments d'une cigarette électronique

Il existe un grand nombre de modèles de tailles, de capacités, de formes, de contenus, d’accessoires et de marques. Depuis les cigarettes électronique jetables ou les premiers modèles qui cherchaient souvent la ressemblance avec les cigarettes traditionnelles jusqu'aux derniers modèles dont l'apparence peut s'éloigner fortement des références au tabac.Une cigarette électronique est constituée des éléments principaux suivants :

*une batterie
*un atomiseur
*un réservoir
*du liquide.

Ils se composent :d'un mélange à base de propylène glycol (PG) et/ou de glycérine végétale (VG), additionné quelquefois d'alcool et/ou d'eau ;d'arômes, généralement issus de l'industrie alimentaire ;de nicotine à des taux variables, en général de 0 à 3,6 % - soit 0 à 36 mg/mlCertains utilisateurs procèdent eux-mêmes à l'assemblage des différents éléments de base pour composer leurs propres liquides, on parle alors de DIY (do it yourself, faites-le vous-même).Les liquides sont vendus le plus souvent dans des flacons en plastique de 10 ml à 50 ml. Ils existent quelquefois sous forme de gels.Les concentrations en nicotine sont indiquées sur le flacon de liquide ou sur la cartouche quand elle est préremplie, parfois avec l'abréviation « mg » (au lieu de « mg/mL »). La sensation de picotement dans la gorge et la bouche, provoquée par la nicotine, est appelée « hit » par les utilisateurs de cigarette électronique. C'est l'abréviation de l'expression en anglais : throat hit.De très nombreuses saveurs sont disponibles (tabacs, fruits, boissons, desserts, etc.).

Toxicité

Les premières études scientifiques sur la cigarette électronique sont apparues vers 2009. Faute d'études suffisantes, les avis des experts et autorités publiques étaient basés essentiellement sur un principe de précaution, les stratégies publiques de lutte contre le tabagisme et les risques connus de dépendance à la nicotine.Une synthèse sur l'efficacité et la toxicité de la cigarette électronique a été publiée en 2010-2011 dans le Journal of Public Health Policy (en) par Michael Siegel et al., de la Boston University School of Public Health (BUSPH) et conclut que :la cigarette électronique contient peu ou pas de produits chimiques susceptibles de présenter des risques sérieux pour la santé. De plus les quantités sont bien moindres que dans une cigarette classique, tant pour les toxiques que pour les substances cancérigènes ;les données actuelles indiquent que les cigarettes électroniques sont moins nocives que les cigarettes ordinaires et comparables, en termes de toxicité, avec les spécialités pharmaceutiques contenant de la nicotine (timbres, gommes, inhalateurs) ;les cigarettes électroniques pourraient être efficaces contre l'envie de fumer, surtout parce qu'elles simulent l'acte de fumer une véritable cigarette ;ce dispositif pourrait se révéler supérieur en efficacité aux autres méthodes d'auto-administration de la nicotine parce que les stimuli associés à l'acte de fumer ont un effet durable contre les symptômes du sevrage.