Pollution de l’air entre la vape et le tabagisme

Pollution de l’air entre la vape et le tabagisme

Pollution de l’air entre la vape et le tabagisme

Une étude de l'Université d'État de San Diego a récemment publié des données comparant les différents niveaux de pollution de l'air de la maison, causés par un certain nombre de facteurs généralement présents dans les ménages, y compris les produits de nettoyage, le tabagisme et le vapotage.

La recherche a été financée par l'Institut National du Cœur, des Poumons et du Sang, ainsi que par un membre de l’Institut National de la santé des États-Unis. Elle a été dirigé par Neil Klepeis, un scientifique de l'environnement de l'Université de Melbourne Hovell et par Suzanne Hughes du Centre d’Epidémiologie Comportementale et la Santé Communautaire, à l'Université de San Diego.

Dans les ménages où le vapotage était autorisé à l'intérieur, il n'y a pas eu d'augmentation significative des niveaux de pollution par rapport à ceux où il ne l'était pas.

Les auteurs de l'étude ont sélectionné 300 familles et ont installé deux moniteurs de particules d'air dans chaque ménage.

«Notre objectif principal était de comprendre ce qui se passe dans les maisons, ce qui conduit à des niveaux plus élevés de particules d'air et, à leur tour, à des environnements malsains pour les enfants», ont-ils déclaré.

Les chercheurs ont visité chaque ménage deux fois pour mener des entretiens et vérifier les activités quotidiennes et les routines, comme la cuisine, le nettoyage et le tabagisme. De plus, ils ont reçu des rapports automatiques via les moniteurs installés à travers lesquels ils ont analysé l'air pour des particules ultra fines aussi petites que 0,5 millimètres.

De telles particules pourraient émaner d'un large éventail de sources, y compris les spores fongiques, la poussière, les émissions de voitures, la fumée ou la vapeur occasionnelle et pourraient entraîner une variété de complications respiratoires.

Pollution de l’air entre la vape et le tabagisme

En ce qui concerne le vapotage et le tabagisme, les résultats suivants ont été obtenus:

► Les ménages qui avaient la permission de fumer du tabac à l'intérieur ont dénombré deux fois le niveau de pollution que ceux qui ne l’avait pas.

► Dans les ménages où la vape était autorisée à l'intérieur de la maison, il n'y a pas eu d'augmentation significative des niveaux de pollution par rapport à ceux où elle ne l'était pas.


Les chercheurs ont donc fini par conclure : "Nous n'avons observé aucune différence apparente dans la répartition hebdomadaire moyenne des particules à l’intérieur des 43 foyers déclarant une consommation de cigarette électronique, vis-à-vis des foyers qui ne déclarent aucune consommation".

A bon entendeur, chers ministres...