La médecine et la cigarette electronique

La médecine et la cigarette électronique


Si la cigarette électronique, développée ces dernières années pour permettre l'arrêt du tabac, est encore actuellement controversée, les médecins sont pourtant nombreux à la préconiser. En effet, une grande majorité du corps médical est en faveur de l'utilisation de la cigarette electronique comme alternative à la cigarette classique.


Si la vapoteuse pose encore beaucoup de questions quant à l'éventualité d'un danger pour la santé, la question ne se pose plus sur les dangers de la cigarette. En effet, on ne compte plus les études qui ont démontré la prévalence de cancer, notamment celui du poumon, chez les fumeurs et ce, même après l'arrêt du tabac. Par l'inhalation de la fumée du tabac qui se consume, le poumon absorbe directement des produits cancérigènes. Une cigarette contiendrait par moins de 85 substances pouvant entraîner un cancer, dont l'acétone, le plomb, l'ammoniac ou encore du goudron. Ce mélange atteint directement les voies respiratoires, entraînant des difficultés de souffle, et arrivent au poumon, polluant peu à peu vos organes jusqu'à développer, dans le pire des cas mais pas le plus rare, un cancer.
 

La cigarette n'est pas seule responsable puisque la chicha a le même effet si ce n'est plus rapide. Sa fumée possède les mêmes composants, dont l’ammoniac et le goudron, substance la plus nocive pour le poumon. En effet, fumer la chicha revient à fumer plus d'un paquet de cigarettes en une session. Le risque est donc multiplié, d'autant que cette pratique est perçue comme conviviale et peu se renouveler en soirée. 


Devant le fléau du tabac s'est peu à peu développé l'utilisation de la cigarette electronique. Si les médecins n'ont pas tous été unanimes dans les premiers temps de cette démocratisation, désormais ils sont en grande majorité favorables à cette alternative, pour un sevrage du tabac. 

La cigarette electronique garde le principe d'aspiration de substances, si ce n'est qu'elle ne contient pas de goudron mais du e-liquide qui, grâce à une résistance, va se transformer à vapeur à expirer. Oublié alors le terme de fumeur, place à celui de vapoteur. 

Son utilisation ne serait donc pas nocive sur les organes et nombreux sont les vapoteurs qui reconnaissent avoir retrouvé en quelques semaines d'utilisation leur souffle d'antan. Le but de limiter le risque de cancer, de retrouver une bonne santé et un souffle jeunesse.

Les médecins recommandent également l'utilisation de vapoteuses pour éviter le tabagisme passif et éviter ainsi de faire courir des risques à vos proches qui fument contre leur gré à causes de vos pratiques. La vapeur dégagée par la cigarette électronique étant sans danger, vous prendrez soin de votre santé et de celle de ceux que vous aimez.


Les médecins en faveur de la cigarette electronique multiplient les actions pour faire parler des bienfaits de ce produit et changer durablement les habitudes des consommateurs. Ainsi, fin 2013, ils étaient 100 à lancer un appel aux consommateurs en faveur de la vapoteuse comme technique de sevrage à long terme du tabac. 

L'utilisation de vapoteuse et notamment de son e-liquide permettrait dans un premier temps de garder l'habitude du fumeur, ainsi que les effets du tabac, en optant pour un e-liquide contenant de la nicotine, mais ne contenant pas de goudron. Néanmoins, le but en étant vapoteur est de diminuer progressivement le taux de nicotine de votre e-liquide jusqu'à pouvoir s'en passer totalement avec un e-liquide sans nicotine. 

Le vapoteur va peu à peu modifier ses habitudes, se détacher de sa dépendance à la nicotine, retrouvant son souffle et diminuant les sessions de vapotage jusqu'à oublier totalement cette habitude.

Pour les adeptes de chicha, qu'ils se rassurent puisqu'il existe des modèles de chicha électronique pour vapoteur, également préconisées par les médecins à la place d'une chicha classique. Vous passerez ainsi des soirées tout autant conviviales qu'elles ne l'étaient mais surtout plus saines.

Articles connexes

La cigarette électronique et l'Europe
Depuis son invention jusqu'à ce jour, la cigarette electronique ne cesse de faire parler d'elle, que ça soit en bien ou en mal, cette alternative à la cigarette traditionnelle a aussi fait l'objet de plusieurs études médicales et quelques amendements au sein du parlement européen en vue d'en faire la promotion comme en atteste le premier texte du 9 octobre 2013 avant de se rétracter par la suite le 26 février 2014 pour enfin considérer la cigarette electronique comme un produit du tabac. Pour comprendre ce revirement de situation en dépit du fait que de multiples médecins européens recomman..
L’interdiction de fumer librement ne peut s’appliquer à la cigarette électronique
La Direction administrative (donc le Premier ministre) vient de publier un communiqué via le site www.service-public.fr une note expliquant le principe général de droit pénal qui ne permet pas d'assimiler la e-cigarette dite cigarette électronique ou vapoteuse et la cigarette à base de tabac.   Donc l’interdiction de fumer librement ne peut s’appliquer à la cigarette électronique ou vapoteuse ou e-cigarette.     Cette publication fait référence au verdict rendu par la cour de cassation en date du mois de novembre 2014, qui était une affaire concernan..